jeudi 6 novembre 2008

Le côté obscur...

Si le Cambodge est pour moi un pays de lumière, avant-hier j'ai pu faire l'expérience d'un des aspects que je déteste le plus ici.
Le soir, sur le boulevard Sihanouk, un attroupement. En général qui dit attroupement dit accident : pas de constat ou de police dans la plupart des cas, les accidentés s'arrangent entre eux; celui qui à tort débourse des dollars si il n'y a pas de grandes blessures, et ça se règle comme ça, plus ou moins avec l'arbitrage des badauds.

Quand je suis passée devant (et l'attroupement créée l'embouteillage donc j'ai eu le temps d'apprécier), une moto à terre, un peu plus loin, un jeune allongé face contre terre. Pas de sang, apparemment il avait juste perdu connaissance. Des petites chaussures d'enfant à côté, une gamine qui braille dans les bras de sa mère.
Puis un homme arrive sur le jeune inconscient, l'attrape par le col de la chemise le secoue comme un prunier (il est inerte) et le frappe à coup de chaussures.

Gros choc. En réfléchissant, je pense que l'homme était le père du gamin que le jeune a failli renverser. il a eu peur et s'est empressé d'aller tabasser le jeune qui n'avait déjà pas l'air dans son assiette.
Je trouve ça affreux. A priori le jeune n'avait pas grand chose, mais frappé comme ça s'il avait un problème cela ne l'aurait pas arrangé. Le problème aussi c'est que dans ce cas personne n'a raison : je sais que la mère a traversé n'importe comment et n'a sûrement pas regardé. Je sais aussi que le jeune c'est pareil.

Le problème ici c'est que dans certains cas on peut tabasser plus pauvre que soi. On peut frapper plus faible que soi. Et que cela puisse se faire -dans beaucoup de cas à mon avis- en toute impunité.

Le père aurait eu sa fille écrasée par un de ces riches qui se pavanent dans les 4x4 lexus (tiens d'ailleurs ça revient à 400 dollars de la journée pour louer un de ces monstres) il aurait surement pas joué les gros bras...

Aucun commentaire: