jeudi 19 février 2009

La lambada cambo ou la vie sonore de Phnom Penh

Christiane et maman, en visite au Cambodge, ont été marquées par la diversité sonore du pays. Si, comme toutes les villes asiatiques, Phnom Penh est une ville assez bruyante, notamment avec le bruit de fond quasi permanent de la circulation, beaucoup d'autres éléments sonores marquent la vie de quartier et rythment la journée des Cambodgiens.

Cela commence très tôt le matin avec... le chant du coq. Alors que la ville s'éveille à peine, le coq des voisins marque d'un retentissant cocorico le début de la journée... Dès lors, un incessant défilé commence sous ma terrasse, accompagné par le chant des oiseaux que l'un de mes voisins entretient sur sa terrasse.

Le fameux "Paing Paing, Nompang Thommada, Nompang Pong Moan" enregistré sur une cassette et ressassé en boucle, nous indique le passage du cycliste vendeur de pain. Plusieurs fois aussi, la lambada version Bontempi indique au petits groumands qu"il est temps de sortir pour acheter une bonne glace, ou le "Pain-Crème", le pain fourré à la glace que de enfants aiment tant.
Il y a aussi le "Pong Moan Hang", qu'elles sont bonnes mes brochettes d'oeufs salés, avec les intonations si particulières, le marchand de noix de coco qui tirent ca charrette en faisant "Pouet-Pouet", le monsieur récup' du coin qui rachètera vos cannettes, vos bouteilles plastiques ou vos bouteilles en verre, avec sa balance au fond de la charrette...

Entre deux passages de ces convois improbables, si on tend l'oreille on peut aussi entendre les prières des moines qui passent chaque matin pour l'aumône et qui, une fois la nourriture ou les quelques billets rangés dans leur besace, vous récitent à l'abri sous leur ombrelle quelque prière sensée vous apporter bonheur, fortune et chance.

La chance, vous en aurez un peu si vous tendez l'oreille le soir venu, et que vous entendrez le caractéristique son du gecko, sorte de "coup de klaxon de voiture pour enfant" qui fait ta ta ta ta ta .... Geckooooo, Geckooooo, Geckoooo. Comptez bien, cela peut vous porter bonheur.

2 commentaires:

christiane a dit…

C'est très joliment écrit et très vivant pour l'avoir vécu..il y a aussi les klaxons des motos qui ne veulent pas se percuter à l'angle de la rue et les cris aigus des petits voisins quand ils se chamaillent!
Pour ma part je regrette beaucoup "Paing Paing" qui passait si vite qu'on n'aurait jamais pu lui acheter la moindre baguette!
dommage!
Christiane

Estelle a dit…

Ce matin il y en a eu un nouveau !!!
En vélo, avec trois gros bidons harnachés sur le porte bagage, un papy mal rasé et tout gris qui annonçait :
Tuk Trey, Trey... Truk Trey.... Tuk...

C'était le vendeur de sauce de poisson !!