mercredi 17 novembre 2010

Au coeur des ténèbres

Les plus lettrés connaîtront le Heart of Darkness comme étant le titre de la nouvelle de Conrad qui fut à l'origine du mythique Apocalypse now de Coppola.

Les plus fêtards en revanche, reconnaîtront le nom d'une certaine boîte de nuit, bien connue de tous, car c'est l'endroit qui ferme le plus tard dans Phnom Penh city donc, on va se finir au Heart, encore que, pour les plus résistant il y a toujours le Candy Bar qui lui ne ferme jamais.

Avec sa pléiade de prostituées, le Heart est toutefois un lieu de chasse, mais ne vous y trompez pas, le chasseur n'est pas toujours celui que l'on croit. N'y ayant jamais mis les pieds avant deux ou trois heures du matin, je ne saurais dire ce qui s'y passe aux premières heures, mais en fin de soirée, il y a comme une légère impression que toutes les filles des "bars à" de la ville n'ayant pas réussi à trouver chaussure à leur pied, convergent vers ce lieu de "débauche".

Il sera donc nettement plus intéressant pour les personnes justement non-intéressées, de venir avec votre groupe d'amis boire une petite bière et danser un peu sur les accents jungle de fin de soirée -le hip hop et le reste étant dramatiquement mixé à la hache- et de ressortir vous caler sur une des tables en métal installées devant le Mini-mart d'en face pour boire un dernier verre ou engloutir une soupe de nouilles et, en attendant le lever du soleil, observer d'un œil morne -fatigue oblige- toute la troupe d'huluberlus -et je peux vous dire que cela ne manque pas de sel- se faire son petit cinéma devant une assistance de filles assez vulgaires mais plutôt bon public. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

(à suivre)

Aucun commentaire: