samedi 11 décembre 2010

Bâtiments du Cambodge : Architecture (1)

 Détail - Institut des Langues Etrangères de Phnom Penh, Vann Molyvann

Quelques balades dans Phnom Penh, la formidable vitesse à laquelle se transforme Phnom Penh, et l'éclectisme -parfois pour le meilleur, souvent pour le pire- urbain qui commence à caractériser les contours de la ville, m'ont donné envie de parler d'architecture...
Pas de cours magistral, j'en serais bien incapable, mais un oeil sur la diversité des constructions qui se multiplient dans la capitale, et surtout du plaisir à sillonner en long et en large les rues de la capitale pour en revoir et redécouvrir les beautés parfois bien cachées...

Ce premier petit billet porte sur quelques oeuvres d'un architecte bien connu ici Vann Molyvann, créateur de plusieurs monuments phare de la Perle d'Asie, tels le Monument de l'Indépendance, le Stade Olympique, le Théatre Chaktomuk...

Toute personne ayant également trainé ses guêtres dans Phnom Penh connaitra également le Building, ce genre de HLM délabré aux allures de carcasse mal famée qui subsiste contre vents et marées, et qui abrite toute une frange de population défavorisée -prostituées, drogués... mais pas uniquement, alors qu'à l'époque de sa construction dans les années 60, ce long bâtiment blanc à la structure digne des architectures de Le Corbusier dont Molyvann fut l'élève, était une résidence chic, destinée à accueillir fonctionnaires et les personnes issues de la classe moyenne...

Le Building - Phnom Penh, Vann Molyvann

des filets entourent des terrains de volley derrière le Building,à louer pour une partie en amis - Phnom Penh, Vann Molyvann

Façade du Building - Phnom Penh, Vann Molyvann

Il me semble que les occupants de ce building devaient être expropriés et le bâtiment rasé. Pour le moment, le marché du Real estate étant plutôt en berne, les lieux sont toujours debout, reste à savoir jusqu'à quand. Il est vrai qu'aussi louable soit la pensée architecturale, ce bâtiment fait tâche, environné de quartiers où s'alignent de belles villas côtoyant l'ambassade de Russie d'une part, et de l'autre où se regroupent les centre culturels nouveaux, tels le Phnom Penh Center, le Centre culturel Cambodge-Corée et bien d'autres encore...

Le travail de Molyvann ne s'arrête pas à ces quelques monuments et à ce fameux building. La présence et le style de l'architecte est encore bien palpable si l'on porte attention aux bâtiments qui nous entourent, et qui restent d'une modernité saisissantes. Ses formes pointues et découpées aux motifs très graphiques marquent le paysage architectural local. Ils sont une très belle réunion de l'architecture traditionnelle locale, je pense notamment aux silhouettes des pagodes, et de l'architecture moderne. 

Un petit tour dans un des campus de Phnom Penh vous en dira peut-être plus...
Direction l'Institut des Langues Etrangères, où ce petit bâtiment rond vous permettra peut-être de vous orienter. Ce sont les bureaux du département de Langue Française. 

Institut des Langues Etrangères, département de langue Française, Vann Molyvann - Phnom Penh

Ici, le bâtiment regroupe l'étude du Chinois, Japonais, Coréen et Thaï. A chaque étage, sur l'extérieur les coursives autour des salles de classes, ouvertes sur l'extérieur, à demi protégées par de longs panneaux de béton orientés -probablement en fonction de la lumière du soleil ? 

Institut des Langues Etrangères, département des langues asiatiques, Vann Molyvann - Phnom Penh

On retrouve ces mêmes panneaux blancs installés à distance régulière sur le premier étage du bâtiment D qui regroupe plusieurs salles de classes. On peut noter aussi au niveau du toit, ces motifs géométriques, si pour lesquels je ne pourrais pas dire s'ils ont une utilité particulière, n'est cependant pas sans rappeler de certains motifs architecturaux traditionnels qui auraient été géométrisés...

Institut des Langues Etrangères, Vann Molyvann - Phnom Penh

 La façade du bâtiment, frappée par une lumière forte, se décompose en motifs rythmés et abstrait, ce qui n'est pas sans contraster avec l'environnement immédiat des unités, et dont je n'ai malheureusement pas pris de photos, composés de verdure, de palmiers et autres arbres à toison foisonnante -si je peux me permettre de les décrire ainsi.


Vues de l'intérieur, ces mêmes classes, donnent une impression similaire. Le toit est également ajouré, l'air passe tant par ces ouvertures ci que par les fenêtres d'où toute vitre est absente, et d'où les bruits de la vie environnantes filtrent, tandis que la chaleur semble ne pas avoir passé les murs pourtant si ouverts.

Classe du bâtiment D, Institut des Langues Etrangères, Vann Molyvann - Phnom Penh

Dans les couloirs, un système de briquettes ajourées créée également un jeu d'ombres et de lumières assez saisissant...

Bâtiment D, Institut des Langues Etrangères, Vann Molyvann - Phnom Penh

C'est un bonheur de voir ces bâtiments toujours debout et si vivants. Les espaces sont grands, aérés et ouverts sur l'extérieur. Je les trouve très bien adapté au mode de vie et au climat locaux.

Bâtiment D, Institut des Langues Etrangères, Vann Molyvann - Phnom Penh

Il est également rassurant de constater que même après le cataclysme de la guerre et du régime khmer rouge, il subsiste de beaux témoignages de la prolixité d'un mouvement artistique et architectural moderne, spécifiquement khmer, témoignant du potentiel créatif d'un peuple dont la culture ne se résume pas à Angkor Wat.


Construite bien après, on retrouve dans le Département des Sciences Humaines de l'Université Royale de Phnom Penh l'influence des lignes des précédents bâtiments. Vous en verrez la silhouette caractéristique sur la route de Pochentong, et en apprécierez les volumes si vous y entrez...




Lire à propos de Vann Molyvann : Les Cités Khmères Modernes, Vann Molyvann - Editions du Reyum

2 commentaires:

Laure a dit…

Je viens de retrouver ton blog avec plaisir, j'avais plus d'un mois de retard! J'aime bien tes chroniques qui me rappellent mille souvenirs de là-bas. Notamment ta promenade à la campagne; le jour de mon départ, nous sommes allés ds un village perdu de Kandal, c'était magnifique et tellement paisible. En ville, j'avais remarqué l'HLM délabré de Mohywann; il mériterait d'être restauré plutôt que démoli, mais je comprends qu'il y ait d'autres urgences!

Est-elle a dit…

J'aurais tendance a penser, que, conformément a la tendance générale en Asie, on préfèrera tout ce qui est neuf a la restauration de bâtiments anciens...
Peu de chances à mon avis pour ce bâtiment d'être restauré, quand de magnifiques demeures coloniales tombent en ruines de l'autre côté de la ville...