samedi 4 décembre 2010

Des poubelles et des hommes...

Poubelles publiques - Phnom Penh

Des poubelles publiques écolo, réalisées en matériel de recyclage, du pneu !

Ceux qui sont venus me rendre visite au Cambodge ont souvent été choqués par les amoncellements de sacs plastiques et autres déchets disséminés un peu partout, aussi bien dans les villes que les campagnes habitées...
Le plastique... une plaie pour ce pays producteur de caoutchouc... On m'avait dit que le sac plastique avait fait son apparition massive dans les Royaume en 1992... Il jonche depuis, coins et recoins, bord de rivières de façon spectaculaire surtout en saison sèche, et se fait engloutir par par les eaux quand les pluies redémarrent...

Nombres d'entre vous ont été choqués, ou le serez si vous vous rendez dans un de ces petits restaurants locaux, quelques tables sur le trottoirs, et cuisiniers qui s'affairent dans un recoin du compartiment chinois, pour vous servir qui une soupe, qui des nouilles sautées. Si vous arrivez un tant soit peu en retard, vous devrez traverser un sol jonchés de papiers usagés, coquilles d'oeufs, os et autres rebuts qui passeront directement de l'assiette au sol de l'échoppe.
Installé sur votre chaise en plastique, vos pieds dans la mer de détritus, vous parviendrez à faire un bon repas, si vous ne vous indignez pas à chaque fois qu'un autochtone balance quelque chose par terre. C'est normal. L'on considère qu'il appartient au propriétaire des lieux de faire le ménage.
Il en va de même en général partout. La palme de la saleté reviendra toutefois pour moi aux quai Sisowath et aux rives du Tonlé Sap en période de Fête des Eaux. Si la fête est belle, évitez de trop vous pencher sur vos pieds. Des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de Cambodgiens viennent pique-niquer, ce qui inclue un pack ma foi fort peu écologique -boite en polystyrène, sacs plastiques, gobelets et bouteilles en plastique, qui finissent bien entendu, par terre, ou dans la rivière... Je passe sur les déchets plus naturels, peaux de bananes, coquilles d'oeufs, ... qui viennent se joindra à la fête pour décorer trottoirs et recoins.

Campagne propreté, affichage marché Boeung Keng Kang - Phnom Penh

Campagne propreté, souvent à l'entrée des marchés -marché Boeung Keng Kang

Campagne propreté, affichage marché Russe - Phnom Penh
Le tri des poubelles, marché russe

Campagne propreté, affichage marché Russe - Phnom Penh

Dans le marché russe, sur la bannière, j'arrête de jeter mes détritus d'importe où!

Alors que l'on rentrait de Sihanoukville, un ami ouvre la fenêtre de sa voiture et balance sa canette de coca en pleine campagne. Les enfants ramasseront.
Regardant les courses de pirogues, un grand père donne un paquet de gâteaux à son petit fils, qui subjugué regarde les pirogues le paquet à la main. C'est le grand père qui lui prend le paquet des mains pour le jeter à l'eau...

Bref, le chemin est long... Toutefois, des efforts notables sont en train d'être accompli en matière de gestion des détritus, en ce qui concerne Phnom Penh et les lieux touristiques en tous les cas... Action combinée de la Ville de Phnom Penh, du Ministère de l'Environnement et du Ministère du Tourisme,
On voit donc les panneaux d'information comme ceux présentés ci-dessus fleurir un peu partout, et surtout la poubelle fait sa grande apparition dans la ville. Et pour les observateurs attentifs, ces poubelles se distinguent même en deux modèles différents, pour les déchets organiques et les non-combustibles...

Poubelles publiques CINTRI - Phnom Penh

Parc Hun Sen, des poubelles CINTRI avec mentionné sur le côté pour les déchets organiques...

La poubelle fait donc son apparition dans le paysage urbain, mais ne fait pas encore partie des habitudes du local. La problématique se poursuit, en ce qui concerne les déchets domestiques ou le ramassage des poubelles... qui est bien effectué, tous les deux jours apparemment, par la compagnie CINTRI. CINTRI qui cela dit au passage pourrait fournir des uniformes un peu plus appropriés à ses éboueurs, qui s'ils sont bien munis de la jacquette verte de règle, se trimballent parfois en tongs dans des monceaux de déchets accumulés depuis plusieurs jours... Je n'ose imaginer l'état -dermatologiquement parlant- de ces messieurs dames...
Nos poubelles sagement déposées à l'entrée de nos maisons de toute façon ne tiennent jamais le coup jusqu'à l'arrivée du ramassage, un chien errant alléché par les effluves y ayant déjà mis son nez, ou encore, les Echaï, les chiffonniers cambodgiens, dont les plus connus escalade les montagnes de détritus de la décharge de Stung Meanchey, bref, ces chiffonniers, ayant déjà analysé la totalité de vos poubelles ont déjà récupéré, ci une canette, ci un bout de carton, ci une bouteille en plastique qui pourront être revendus pour être recyclés. 

Chiffoniers du Cambodge - Phnom Penh

Entrepôt pour les Echaï, le soir les charrettes utilisées par les chiffoniers pour parcourir la ville y sont déposées, 
la journée, ballets de chiffoniers pour le dépôt des matériaux collectés. 
La plupart des matériaux à recycler sont envoyés à Sihanoukville si je ne me trompe pas.


Les Echaï passent plusieurs fois par jour dans les rues, tirant une charrette rudimentaire et se signalant par un fameux et retentissant Eeee-Chhaaaaaï, Eeee-Chhaaaaaï, Eeee-Chhaaaaaï souvent agrémenté d'un coup de klaxon en plastique rouge. Vous pourrez descendre à leur passage, et en tirer quelques centqines de riels et leur vendant canettes en aluminium, bouteilles en plastique et carton, le tout étant savamment pesé sur ces balances vertes qui gisent au fond de leur charrettes...

Bref, la machine est lancée, et il faut espérer que tous ici parviendront à prendre les bonnes habitudes pour donner à Phnom Penh et à la magnifique nature qui nous entoure le lustre qu'elles méritent.
Espérons que des solutions soient trouvées également pour les zones plus reculées afin que les enfants du pays ne grandissent pas sur des monceaux de sacs plastiques.

2 commentaires:

Mathieu a dit…

Je découvre avec plaisir ton blog très agréable à feuilleter ! C'est chouette.

Bises à toi, et à bientôt en France !

Est-elle a dit…

Merci :-)