lundi 31 janvier 2011

Incursion sur les Si Phan Don, 4000 îles - Laos

Eh oui, bien que vivre au Cambodge puisse sembler à certains des vacances qui n'en finissent pas, on a besoin de temps en temps aussi de souffler et de voir autre chose. Sans partir trop loin puisque le point de départ était le Ratanakiri, retour à la case Stung Treng direction le poste de frontière terrestre Dom Kralor entre le Cambodge et le Laos, où l'on arrive après une petite heure et demie de minibus. Désert ou quasiment, une petite cabane dans la forêt à côté de laquelle se construit un poste de frontière en bonne et dûe forme... Tamponnage de passeport, avec un petit extra de 2US$ pour payer l'encre et l'usure du poignet qui tamponne, et hop, de l'autre côté chez les Lao, on use aussi son poignet et l'encre n'est pas gratuite donc re-2 US$ pour payer les fournitures. Quelques petits problèmes de compréhension plus tard, eh oui de ce côté de la frontière je ne peux déjà plus assurer le service de traduction minimum nous voilà partis en moto-doup, toujours avec maman et deux fort sympathiques voyageurs rencontrés dans le Ratanakiri vers les Si Phan Don, les 4000 îles situées sur le Mékong à 25 km en amont de la frontière avec le Cambodge.
Bref, nous en retrouvons rapidement les rives, toujours aussi belles.

Laos, Si Phan Don - Les 4000 îles

La première (mauvaise) surprise, c'est qu'après un séjour au calme dans le Ratanakiri, et après avoir laissé des provinces reculées fort rurales, nous voilà propulsé dans un petit paradis du touriste routard qui choque un peu. L'arrivée sur les îles sur une mini-plage -peut-être 40 m2- et déjà deux blancs équipés de leurs attributs de voyageurs branchés mais cool -bikini triangle, lunettes de soleil façon Audrey Hepburn, et caleçon trois fois trop large pour le garçon, munis des coups de soleil réglementaire... est de bien mauvais augure.
Dix mètres suffisent pour comprendre que je me suis lourdement trompée. Nous voilà embarquées dans un Khao San road version nature, bungalows bringuebalants mais super cool, bars avec pizzas version happy et tout le tintouin...

Rapidement nous changeons d'île et trouvons une guest-house pour poser nos sacs, -pas dur me direz vous, des guest-houses il n'y a que ça, et essayons d'oublier que la chambre finalement trouvée est chère est vraiment dégueulasse en profitant des toutefois belles terrasses installées au-dessus de la rivière...

Laos, Si Phan Don - Les 4000 îles - Don Khon

Lumière de fin de journée, qui adoucit la nourriture dégueulasse qui nous a été servie, de surplus très chère... (J'ai eu depuis l'occasion de tester un bon paquet de restaurants sur Don Khon, et je dois avouer que tous ceux par lesquels je suis passée concourent pour le prix de la bouffe la plus dégueulasse jamais goûtée en Asie) Je sais que certains m'accuseront mon nationalisme khmer mal placé, mais la dureté de mes mots est à la hauteur de la déception que j'ai ressenti. Je me faisais une joie de faire un petit tour ces ce voisin Lao qui écoute pousser le riz...

Bref, la nuit portant conseil, nouvelle journée, nouvelles balades, nous voici à vélo donc pour faire le tour de l'île pour aller voir de plus près ces fameuses cascades disséminées un peu partout autour de Don Khon...

Laos, Si Phan Don - Les 4000 îles - Don Khon

Nous traversons quelques jolis champs, dont la physionomie est marquée par la silhouette des cocotiers que l'on retrouve partout sur l'île.

Laos, Si Phan Don - Les 4000 îles - Don Khon

En vélo nous nous éloignons un petit peu -le tour de l'île est quand même très rapidement fait, même en rompant une chaîne trop rouillée qui nous oblige à repasser par la case départ avant de repartir atteindre le point d'orgue du petit tour, les cascades.

Laos, Si Phan Don - Les 4000 îles - Cascades

Laos, Si Phan Don - L Les 4000 îles - Cascades

A défaut de pouvoir admirer les chutes de Khone - véritable bijou naturel entouré de toute une batterie de structure touristique que l'on croirait tout droit sortie du Japon, que nous pourrons toutefois entrapercevoir depuis les fenêtres du minibus qui nous ramènera un peu plus tard vers le Cambodge- les cascades plus modestes au débit toutefois impressionnant que nous pouvons atteindre en vélo, sont déjà très chouettes.
Cela ne suffira toutefois pas à nous retenir très longtemps, et en quête de nature, nous décidons de repartir rapidement pour le plateau des Bolovens...

Aucun commentaire: